Le projet UNUOC

Usage et Non-Usage des Objets Communicants pour des services à la personne dans le cadre du maintien à domicile.


Le projet UNUOC est financé par Saint-Etienne Métropole


OBJECTIFS

Face à l’interpénétration actuelle entre monde numérique et monde physique, par le biais d’objets communicants, il s’agit dans le projet UNUOC d’imaginer et de concevoir :

  1. les usages de ces objets afin que les individus puissent développer et choisir différentes sphères de connexions, permettant particulièrement de se sentir "ensemble" avec des personnes distantes,

  2. d’appréhender la gestion des modalités de « non-usage » de ces objets, et d’étudier en particulier, comment ne pas être "ensemble" (proche ou à distance) lorsqu'on ne le souhaite pas, et de ne pas répondre nécessairement aux injonctions de la technologie, ou d’avoir une réponse adaptée et choisie.

Le premier objectif est une problématique très actuelle dans le domaine du numérique pour lequel des travaux sont encore nécessaires. Le second objectif nous apparaît comme sous-étudié, et pourtant essentiel. Son besoin afférent, sous-estimé en pratique, prend une acuité essentielle dans le cadre du maintien à domicile et des équipements numériques mis à disposition (en présence) de personnes âgées.


DESCRIPTION

Afin de répondre à ces objectifs, le projet UNUOC mobilise et développe un ensemble de recherches dans le domaine des sciences du numérique touchant aux problématiques de communauté virtuelle, de gestion de la privacy centrée sur les individus, sur le déploiement et la gestion d’objets communicants et de services numériques dans un cadre d’intelligence ambiante. Il s’agit de construire et déployer l’infrastructure technique et numérique réunissant monde numérique et monde physique afin de connecter non plus seulement tous les ordinateurs et tous les individus, mais aussi tous les objets.

Dans un tel contexte, ce projet s’intéresse également au devenir de la notion d’usage, clef de voûte du travail du designer. Si, jusqu’à ce jour, le design a constitué le principal facteur d’humanisation des techniques, ce projet conduit la discipline du design à s’intéresser à la question de la régulation des objets, des fonctions et des usages. Aujourd’hui, se connecter demeure encore un choix, résolu dans une infrastructure, plus ou moins contrainte par les débits, les délais d’attente, la taille de l’écran, la qualité de l’interconnexion entre les machines, les normes, etc. Les techniques ubiquitaires sont en mesure de rendre invisible cette infrastructure technique pour faire entrer chacun dans un environnement où la connexion deviendra le mode naturel de relation au monde – et la déconnexion, l’exception ou l’anomalie. Il deviendra évident, simple, ordinaire – c’est-à-dire « normal » – pour n’importe quelle machine, pour n’importe quel objet de se connecter à Internet, donnant lieu à une connexion chronotope, c’est-à-dire en tout lieu et à tout moment d’un objet à un autre et de tous les objets à Internet. Dans cet univers qui crée un espace de sollicitations permanentes, le designer devra répondre non plus à l’unique question de la connexion (l’usage) pouvant se décliner en différentes sphères de connexions, mais bien aussi à celle de la déconnexion (le non-usage) afin que l’usager (ou le non-usager) reprenne main sur son environnement. Tout reste encore à concevoir.

Ces différentes problématiques (design et numérique) et les objectifs du projet imposent une démarche particulière sur le domaine d’application et d’expérimentation du maintien à domicile. En effet, il s’agit de prendre le contre-pied des approches actuelles où les systèmes sont d’abord pensés pour les proches et les praticiens autour de la personne maintenue à domicile (gestion des risques divers, suivis, etc.). Il s’agira donc de développer des solutions prenant en compte des usages centrés d’abord vers la personne maintenue à domicile et vers ses besoins de communication et de non-communication (communication entrante ou sortante, filtrée ou non filtrée).


PARTENAIRES DU PROJET

  1. École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne - Institut Henri Fayol - Département ISCOD

  2. Université Jean Monnet - Laboratoire Hubert Curien

  3. Cité du design - Pôle de recherche

  4. Ecole Supérieure d’Arts et Design Saint-Etienne

  5. Télécom Saint-Etienne - Laboratoire Télécom Claude Chappe - Equipe SATIN

  6. Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne - Service de gérontologie de la Charité


Contact : Olivier Boissier (olivier.boissier@emse.fr)